Un beau placard !



- Regardez le beau placard que j’ai fait, mon lecteur ?

- Vous m’en voyez fort réjoui, mon cher Bruno !

- Oui, mais ce n’est pas n’importe quel placard, mon lecteur de la ville.

- Qu’est-ce que vous sous-entendez pas là, Bruno ? Nous, nos placards, c’est n’importe quoi ?

- J’ai pas dit ça ! Mais vous en avez vu des placards en forme de trapèze ? Regardez bien, ça se voit au niveau du sol.

- À quoi ça sert ?

- Ça sert à lui donner de l’esprit, à ce placard. Vous savez bien que les placards, rangements, penderies qu’on plante contre le mur d’une chambre, sont, en général tristes, ennuyeux, morbides mêmes !

- Peut-être. Mais comment vous l’avez fait ce placard ?

- 12 briques, et un demi sac de plâtre.

- Et la porte ?

- Le menuisier du Cucuron. En chêne. Voyez comme il a disposé les planches en queue d’aronde. Des planches de pin pour les étagères. Surtout pas d’agglo ou de contreplaqué.

- Et pour les petites fournitures ?

- Aucune ! Je m’débrouille tout seul. Leroy-Merlin, je suis leur pire ennemi ! C’est d’ailleurs pour ça que je fais ce billet, pour vous dégouter des matériaux de synthèse polluants pour la planète. Les charnières, je les ai trouvées dans mon stock de ferrailles. Les gonds aussi. Juste un petit coup de meuleuse pour les calibrer.

- Vous avez oublié un bouton pour tirer la porte !

- C’est que vous n’avez pas vu le trou en haut à gauche. Un petit coup de scie-cloche et on n’a plus qu’à passer l’index et à tirer.

- Mais pour fixer les tasseaux qui supportent les étagères, vous avez bien dû mettre des chevilles en plastique multicolore !

- Je vous attendais là, mon lecteur mal intentionné ! Du plastique, jamais ! Tantôt je façonne une cheville avec un bout de bois. On peut aussi prendre un vieux crayon ou une botte d’allumettes. Ou alors on donne quelques coups de martelette dans le plâtre du mur et on fait un tasseau en plâtre qui va en émourant, à l’ancienne.

- Bon, mais c’est pas pour dire, je le trouve un peu sale votre placard, surtout en haut.

- Sale, mon placard, alors que je n’utilise que des matériaux nobles ! Si vous faites allusion à certaines nuances de gris, ça vient de ce que le plâtre n’est pas encore bien sec. Sur le plâtre, j’ai appliqué trois couches de chaux. Pas de peinture acrylique ou vinylique chez nous ! Mais vous n’êtes pas sans ignorer, mon lecteur de la ville, que la chaux ne devient parfaitement éclatante que quand toute humidité a été éliminée.

- ... Et qu'est ce qu'on voit qui brille sur le côté ?

- Ça ? C'est le Sacré Cœur de Jésus ! Un ex-voto trouvé à Naples. Je l'ai noyé dans le plâtre. Il nous protège.


Foin du Covid et de sa race !

Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now