Sur le chemin de l'école


Bruno : Alors, Antonia, quel est ton pape préféré, Bergoglio ou Radzinger ?

Antonia : Quoi ?

- Benoît ou François ? T’as pas vu le film sur Netflix [1] ?

- Ah ! L’Argentin !

- Pourquoi ?

- Parce que c’est un latino. Parce qu’il est écologiste. Mais, Bono, tu sais ce qu’il m’a demandé, Oreste, l’autre jour ? Il m’a demandé quelle était mon arme de poing préférée. C’est quoi, une arme de poing ?

- C’est une arme qu’on peut tenir dans une seule main comme un pistolet ou un revolver.

- Après, il a voulu savoir quel était mon char préféré. Lui, il préfère les chars allemands parce qu’ils sont plus perfectionnés.

- Qu’il en parle à Matilda. - Pourquoi à Matilda ? - Parce que la Deuxième guerre mondiale est à son programme l’an prochain. Hier, Mina a dit que je pourrais lui faire faire des révisions pendant les vacances. En entendant ça, la pauvre Matilda a failli tomber de sa chaise. Travailler pendant les vacances ! Elle voyait une contradiction choquante entre ces termes.

- Elle a raison, les vacances, c’est pour s’amuser, Bono, pas pour travailler !

- Peut-être, seulement, il y en a qui n’ont rien fait de toute l’année. Alors ceux-là, il faut qu’ils travaillent pendant les vacances.

- Y en a qui…, y en a qui… ! Y en a aussi qui ont travaillé tout le temps, hein, Bono ! Alors, ceux-là, ils ont le droit de se reposer !

- Les Japonais ne sont pas d’accord. Un jour, Nobutaka a voulu apprendre l’italien. Il tombe sur la première phrase de la méthode Assimil : Le vacanze non possono durare tuta vita. Devi lavorare per vivere. Il a tout de suite arrêté d’étudier l’Italien.

- Comme celui qui a arrêté de lire quand il est tombé sur un livre sur les méfaits de l'alcool. - Tout juste.

- Ils viendront nous voir, cette année, Nobutaka et Makiko ?

- Je les ai invités, mais tu sais ce qu’il m’a répondu, Nobutaka ? Il m’a dit qu’on était trop bien en Provence et qu’on ne pouvait pas travailler sérieusement. [2]

- Ben nous, la maîtresse a dit que ceux qui n’auraient pas la moyenne au contrôle de math, ils auraient des devoirs de vacances.

- Risque pas qu’elle le fasse...

- Pourquoi ?

- Parce ce qu’il faudrait qu’elle cherche des exercices et qu’elle les corrige. Qu’est-ce que tu crois ? Les professeurs font semblant de n’aimer que le travail, mais en réalité, ils aiment les vacances encore plus que les élèves.

- Comme le pape allemand ?

- Tu as tout compris.


[1] Les Deux papes. [2] Je n’ai pas osé citer à Antonia ces lignes de son arrière-grand-père que j’ai retrouvées dans une lettre du 13 juillet 1952 : « Des vacances tous les ans, c’est trop rapproché, on n’a pas le temps de changer assez, ça donne l’impression que la vie se répète. Tout est pareil et moi aussi, hélas, qui aurait tant voulu devenir meilleur et plus sage. Je me précipite de livre en livre et ma vie se confond presque complètement avec mes lectures. J’ai les vacances pour essayer de me remettre à jour. Il suffit pour cela d’étudier l’histoire sérieusement : Révolution française, Bible, pensée grecque, progrès des Lumières, Descartes, Spinoza, Hegel surtout. J’ai passé le plus clair de mon été à comprendre Hegel et l’avant et l’après. »

Mes autres billets
Tag Cloud