Les délices du parlementarisme



Nous y voilà revenus ! Quelle misère ! L'esprit de chapelle, les petites phrases, les indignations cousues de fil blanc, les flatteries envers des électeurs qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ou de leur nombril. Promis : j’arrête de lire le journal et d’écouter la radio. Les rapports de l’INSEE me suffisent et quelques bonnes émissions sur France Culture le samedi et le dimanche à 11 heures.

La bonne échelle, c’est le monde. Prenez le SMIC et augmentez-le : les produits français seront moins compétitifs, on perdra des marchés ou les entreprises délocaliseront. Donc chômage. Les retraites, c’est trop difficile pour moi, mais je subodore que, là aussi, il faut voir les deux bouts du bâton.

Prenez des mesures pour une agriculture vertueuse : les prix montent et Bolsanaro ramasse la mise avec sa déforestation à bon marché. Boycottez le gaz russe : les Chinois l’achèteront et l’Allemagne remet ses centrales à charbon en service.

Question à dix balles : vaut-il mieux que l’agriculture produise de quoi alimenter des bovins, les bagnoles ou des humains ? Le 1, le 2 ou le 3 ? Le 3 évidemment ! Alors, plantez du blé et arrêtez de planter du soja destiné à produire des biocarburants ou du maïs destinés aux vaches, grosses productrices de méthane hyper-polluant : c'est l’Uruguay qui en profitera. La gauche uruguayenne elle-même encourage le soja, au grand dam des petits agriculteurs, pour financer la survie des masses urbaines… (entendu ce matin sur France Cul en recousant la bâche du salon qui fout le camp. Ah ce mistral de malheur !) Etc., Etc.

Parfaitement, rappelez-vous : un bâton a deux bouts !

Dans ces conditions, la bonne échelle, si y en a une, c’est l’Europe. Elle vient d’interdire les moteurs à pétrole à partir de 2035 mais la Hongrie a fait échouer la taxation des multinationales.

Or, de toutes ces belles choses, pas un mot dans la campagne électorale, ni demain dans les petites polémiques narcissiques des partis. Beurk !


PS : j'espère que j'ai pris un pastis trop serré...


Photo (comme les deux précédentes) : en visitant la Boullière.

Mes autres billets
Tag Cloud