Le supplice d'Antigone



Pour Péguy, le socialisme est avant tout une affaire morale : il s'agit que les hommes soient solidaires, soient portés par une espérance commune, appartiennent à une même cité. La distribution des bouteilles de champagne et des chevaux de course, on verra après... Le problème de la société moderne, c'est l'individualisme, la solitude et la rivalité. Voilà le mal qui nous mine !

Que pensez-vous de cela, mon lecteur ? C'est bien, non ? D'arrêter un peu de parler gros sous, commerce, économie. L'homme ne se nourrit pas que de pain, quand même ! Y a pas que l'argent dans la vie. D'ailleurs, on peut être pauvre et heureux, et être riche et malheureux. Ce qui compte avant tout, c'est l'amitié !

Voilà ce que ne cesse de répéter Péguy, et il a mille fois raison. Pourtant, pourtant...

On est un peu gêné quand même d'aller parler de morale, d'amitié et de citoyenneté devant des gens qui ont tout simplement faim et qui connaissent les affres de la misère.

Eh bien, Péguy a justement écrit un texte brûlant sur la misère. Ça s'appelle De Jean Coste, 50 pages, 1902. Ça part du cas d'un instituteur de village tombé dans une misère noire. Péguy parle de la bonne conscience de tous ceux qui détournent le regard. Il distingue la pauvreté et la misère en disant que la question de la misère est absolument prioritaire. Il fait deux comparaisons.

Il compare d'abord la condition du misérable à celle d'Antigone emmurée vivante : c'est la mort dans la vie, la vie dans la mort.

Il dit ensuite qu'il y a des catholiques sérieux qui se sont détournés de leur religion parce qu'ils ne pouvaient plus supporter le dogme de l'enfer où tant de nos frères seraient précipités. Alors, ce n'est pas pour supporter l'enfer sur terre.

Que faire ?

- Changer le monde.

- Défendre pratiquement le troisième terme de la devise républicaine.

- Soutenir l'idée d'un revenu universel.

- Donner largement aux organisations humanitaires, une des plus belles choses de notre époque.


PS : Le RSA en France est actuellement à 565 €/mois. Et au Sénégal ?




Mes autres billets
Tag Cloud