La France et le Petit Poucet




Il me semble que quand on dit la France, on pense à la géographie plus qu'à l'histoire. Je parle chez les intellectuels parce que la majorité d'entre eux n'aiment pas leur pays et n'ont que la critique à la bouche. Bien sûr, ils vont dans les musées et visitent les monuments historiques, mais ils vous diront que c'est purement esthétique. À part le Président, parce que ça fait partie du décor, si on dit Vive la France, on sait qu'on va à vous regarder d'un drôle d'air comme si on était un demeuré ou même un fasciste...

Personnellement, je dirais que je suis révolutionnaire, socialiste au sens du XIX° siècle, anarchiste au bon sens du terme, comme vous mon lecteur, je n'en doute pas une seconde, mais, quand même, est-ce que vous ne trouvez pas Proust bien touchant quand il dit que les cathédrales sont " la plus haute et indiscutablement la plus originale expression du génie de la France ». Et surtout quand il ajoute : « Ce que j’ai dit des cathédrales s’applique à toutes les églises de France et on sait qu’il y en a des milliers. En suivant une route française c’est presque à chaque pas, entre les champs de sainfoin et les clos de pommiers, que vous apercevez un clocher s’élevant au-dessus des maisons. »

Nos amis juifs et musulmans ne vont certainement pas se vexer quand Proust s'écrie à propos de l'église médiévale de Saint-André-des-Champs burinée par le temps : « Que cette église était française ! "

Je crois que j'ai déjà cité la dernière strophe de l'une de nos vieilles chansons, Auprès de ma blonde, vous la connaissez, où, pour retrouver son fiancé prisonnier en Hollande sous Louis XIV, une jeune fille chante :


Je donnerais Versailles

Paris et Saint-Denis

Les tours de Notre Dame

Et l'clocher d'mon pays.


Péguy commente, comme en écho à Proust :


Les tours de Notre-Dame et le clocher de mon pays, je les connais, tant d’admirables cathédrales françaises, tant de simples églises paroissiales, tant de merveilles aussi, tant de châteaux et de villages semés tout au long de la route, car ils ne sont pas moins que les cailloux blancs du Petit Poucet. Ils servent à reconnaître notre chemin quand nous retournons dans la maison de notre père.


Quelle belle métaphore, ce Petit Poucet !


Photo : l'église de Vaugines.

Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now