La civilisation est-elle de droite ou de gauche ?



Les civilisations sont mortelles, on sait. Mais elles le sont d'autant plus qu'on les pousse dans l'escalier...

La notion de civilisation a été traînée dans la boue par le marxisme pendant plus d'un siècle parce que dans une civilisation, il y a forcément beaucoup d'exploitation de l'homme par l'homme, plus des préjugés et des superstitions de toutes sortes à commencer par la religion, cet opium. On allait donc faire table rase de tout cela et reconstruire à partir du ground zero. La première chose qu'a faite Lénine, c'est de supprimer les Mirs, ces communautés villageoises russes. Vous allez me dire que cette utopie a fait long feu et qu'il n'existe plus un seul marxiste-léninisme dans le monde. Exact.

Nous sommes plutôt les héritiers de Mai 68 qui s'est attaqué à la famille au nom de la liberté sexuelle, et de la déconstruction structuraliste qui n'arrête pas de pourchasser le racisme et le machisme. On a raison, évidemment, seulement il ne faudrait pas faire comme un chirurgien qui, pour vous mettre un bon fémur en tungstène, taillerait carrément dans le muscle au lieu de l'écarter délicatement.

Une chose qui est drôle, c'est que le capitalisme aboutit exactement au même résultat que l'acide de la déconstruction. Ça ne vous dérange pas vous, mon lecteur, que les sorties de toutes les villes de France soient ravagées par les publicités et les centres commerciaux avec la bénédiction des pouvoirs publics tandis que beaucoup de centres-ville se meurent ? Moi, ça me dérange beaucoup parce que c'est laid et parce que ça tue le tissu social. La pauvres gilets jaunes en étaient réduits à se réchauffer les miches avec des palettes sur des ronds-points. La civilisation, ça commence par le voisinage, les cafés, les commerces de proximité, les quartiers, les villages, les nations.

Donc la droite et la gauche sont bien d'accord pour tout passer à la javel. En tout cas une certaine droite libérale et une certaine gauche assoiffée de critique. Mais il existe une autre gauche et une autre droite

Personnellement, je le répète et je vous invite à faire pareil, mon lecteur, je m'associe aux socialistes républicains des années 1830 qui avaient déjà à peu près tout dit sur la lutte des classes, sur le racisme et sur le sexisme, seulement, eux, ils ne se prenaient pas pour des scientifiques de la politique et ils n'imaginaient pas de remettre tout le pouvoir à un grand État collectiviste. Ils mettaient au contraire l'accent sur la qualité du tissu social, sur les associations, sur l'urgence de reconstituer une religion digne de ce nom, sur l'économie coopérative et solidaire, sur l'agriculture.

Cette gauche soucieuse du lien social, quelque peu anarchiste, savait qu'il y avait une part de vérité chez les grands penseurs réactionnaires qui disaient qu'il fallait y aller molo quand on touche un tissu conjonctif séculaire si on ne veut pas qu'on se trouve avec une poussière d'individus libres peut-être mais libre de que dalle car ils auront perdu le goût et l'odorat, leur antennes sociales et le sens de l'équilibre...

Mes autres billets
Tag Cloud