Hébé, déesse de la jeunesse



Lors de notre séjour rituel de janvier à Nice, histoire de faire une petite cure de jouvence, avons eu la mauvaise idée de visiter le musée des Beaux-Arts. Beaucoup de salles fermées. Vraiment rien d’intéressant, sauf peut-être cette Hébé par Jean Coulon, même si, je le sais bien, Kant a spécifié que l'art devait être un objet de contemplation désintéressé. Qu’en pensez-vous ?

J’ai eu besoin de faire quelques révisions sur Wikipédia. J’ai appris que la mère d’Hébé avait mangé tant de laitue sauvage qu'elle se retrouva enceinte. Hébé devint déesse de la jeunesse et échanson des dieux. C'est elle qui servait le nectar et l'ambroisie. Mais après un faux pas lors d'un banquet, elle tomba de manière peu décente, et Zeus, pour éviter que cela ne se reproduise, en profita pour charger de cette tâche Ganymède, un garçon qu’il avait enlevé.

Mes autres billets
Tag Cloud