Ficelle ou plastique


L’autre jour, on est allé au salon Maisons Côté Sud à Aix. Des femmes à 90 % dans les travées (hé, ho ! les féministes, alors ?). Bobo à 100 %. Qui admiraient des meubles et objets en matières naturelles comme l’agave de Colombie, le vétiver de Madagascar ou le bambou de je ne sais pas où. Finis depuis longtemps, les meubles en bois patinés, cirés, vernis, etc. Plus que du brut, taillé à la serpe.

Pendant que les bobos retournent à la nature, le peuple avale du plastique à gogo et les couleurs criardes et cacophoniques qui vont avec. Les enfants se sont passés de couleurs vives pendant 100 000 ans, sauf une orange à Noël, et, maintenant, on nous fait croire que leur barbarie réclame les couleurs flashy qui rendent presque insupportable la fréquentation des magasins de jouets. Deux mondes suivent des directions opposées, le monde de la ficelle, en abrégé, et le monde du plastique.

La ficelle et le plastique sont pourtant l’un comme l’autre des matériaux d’origine organique, c’est-à-dire carbonés, mais ils sont situés aux deux bouts d’une chaîne dont le point de bascule est marqué par l’invention des matériaux de synthèse. La ficelle, l’osier, les textiles naturels, le bois, c'était avant. Le plastique qui envahit le monde de ses microparticules invisibles qui mettent 100 000 ans à se décomposer, c’est après.

Les chimistes me corrigeront car mon incompétence est complète. Je crois comprendre cependant que le courant du XX° siècle a été marqué par l’invention des matériaux moulés comme le béton et le plastique. On fait le béton avec du calcaire, matériau d’origine aussi organique que le pétrole dont on fait le plastique par je ne sais quelle chimie de malheur… À la plage comme à la campagne, j’en remplis mes poches à chaque sortie, mais ils iront dans l’air une fois passés par la déchèterie. Je pourrais les avaler que ça n'y changerait rien...

Le cycle du carbone, voilà le sujet le plus philosophique du monde, je dirai même le plus métaphysique. Le carbone, c’est la vie, le plastique, c’est la mort. Voilà ! On ferait peut-être bien de mettre le cycle du carbone au programme des classes de philo avant de faire des dissertations sur l’existence de Dieu.


Photo : artisanat en racine de vétiver malgache antifongique et antimite.

Mes autres billets
Tag Cloud