Faut-il encore enseigner Le Rouge et le Noir aux élèves de Première ?


Matilda doit lire ce roman pour la rentrée et je lui fais la lecture à haute voix cum commento. Vincent dit que ça sort des intérêts des adolescents d’aujourd’hui. Il n’a pas tout à fait tort. Il y a des passages difficiles, des phrases comme on n’en fait plus, qui décourageront un lycéen normalement constitué : il va renâcler, s’ennuyer, concevoir de la répugnance : beau résultat.

La problématique aussi est complètement dépassée. D’abord, ces curés tout noirs qui veulent faire la loi partout depuis que Napoléon est enfermé dans sa cage de Saint-Hélène, ça n’existe plus, au moins depuis Vatican II. Les jeunes ont bien d’autres chats à fouetter ! Et puis le dilemme que nous impose Stendhal, c’est un mariage arrangé, sans amour et avec beaucoup d’ennui, ou bien la passion adultère. C’est le choix de toutes les femmes de 30 ans qui peuplent les romans de Balzac, de Stendhal, de Flaubert. Une femme de trente ans est une femme encore charmante, mais pour combien de temps ? Et qui se demande vingt fois par jour pourquoi elle doit rejoindre ce soir un homme qui ne l’intéresse pas ou qui lui répugne alors que ce serait un crime de tomber dans les bras de l’étudiant plein d’attrait qui lui fait la cour. L’adultère finit toujours mal et toutes celles qui y succombent vont à la catastrophe. Un tel problème est complètement inconnu des jeunes, au moins depuis mai 68.

On pourra, bien sûr, dire que l’école est faite pour dépayser, pour faire prendre conscience de l’histoire et de l’étrangeté d’autres sociétés. À condition de ne pas dégouter…

Ma meilleure façon de défendre l’étude de ce roman, comme des autres d’ailleurs de cette époque, est de le comparer avec un jeu de cartes. On commence par distribuer les cartes. J’en vois surtout de quatre sortes. Prenons les trois protagonistes, Julien, Madame de Rênal et Mathilde de la Mole.


Julien Sorel Madame de Rênal Mathilde de la Mole

Position sociale + ++ +++

Intelligence +++ + ++

Avantages physiques +++ ++ +++

Sensibilité +++ +++ +


On attaque la partie, comme dans tous les romans. Ceux qui ont des atouts au début savent en tirer parti ou les perdent. Certains qui sont mal lotis par la nature ou par la société demeurent dans le marasme ou réussissent brillamment. Mais qu'est-ce au juste que réussir ?


Photo : extraite de ma collection particulière.

Mes autres billets
Tag Cloud