Cyrille est mort !



Je voudrais témoigner de notre amitié avec Cyrille depuis près de 30 ans. Paul Diel en est l’origine. Je le lisais en solitaire quand j’ai découvert à la radio que la Revue de Psychologie de la Motivation venait d’être créée par Cyrille et par Armen Tarpinian. Vivant à Marseille, j’ai fait le voyage de Paris pour les rencontrer et ce fut le début d’une longue collaboration car je leur donnais régulièrement mes articles à relire et nous en parlions. Avec Michèle, nous avons visité Cyrille et Jane place des Vosges mais c’est surtout le voyage de Simiane que nous avons fait deux fois par an pendant des années, partageant repas et promenades. Notre maison de Vaugines dans le Luberon n’était pas loin. La conversation démarrait immédiatement sur cent sujets, psychologie, bien sûr, mais toutes les questions de société et de littérature. Nous sommes professeurs de littérature française et grecque et Cyrille nous étonnait par son immense culture et le nombre de vers qu’il était capable de réciter. Nous appréciions ses petits livres pleins d’esprit.

Plus tard, après la disparition de Jane, Cyrille avait pris l’habitude de nous rendre visite à Marseille chaque année. Nous allions le chercher à la gare Saint-Charles, il aimait les promenades au bord de la mer et nous allions manger une bouillabaisse sur le Vieux-Port. Il nous étonnait par son immense patience et par l’habileté qui lui permettait de vivre de façon autonome malgré sa cécité. En 2019, l’épidémie de Covid l’a empêché de faire le voyage mais nous nous téléphonions. Il me parlait de philo et nous commentions les billets de mon blog que je lui envoyais deux fois par semaine. Je lui en ai encore envoyé un au matin du 6 novembre…

Cyrille était aussi devenu une relation appréciée de nos enfants qui ont été émus de sa disparition. Nous avons perdu un grand ami avec qui nous restons liés par bien des souvenirs. Je n’ai jamais su ce que son uniformité de caractère devait à son bon naturel et à son travail psychologique. Il faisait notre admiration par le courage et la force avec lesquels il surmontait son handicap. Nous sommes heureux d’avoir passé tant d’heureuses journées ensemble. Sa compagnie fut pour nous enrichissante et nourricière. Merci et au revoir, cher Cyrille !


Photo : Cyrille aux Goudes avec Michèle et les petites, le 31 mai 2017 à 17 : 18 : 22.

Mes autres billets
Tag Cloud