Les droits de l'homme sont-ils une politique ?


Marcel Gauchet reparlait hier matin à France Culture de son article de 1980 Les droits de l'homme sont-ils une politique ? Par un retournement spectaculaire, une fois que le communisme s'est cassé la figure et que la perspective révolutionnaire s'est évaporée, ce sont les droits de l'homme qu'ils avaient méprisés pendant un siècle, sous prétexte que ce n'étaient que des droits bourgeois, que les intellectuels de gauche ont enfourchés comme cheval de bataille à la suite de Michel Foucault, c'est-à-dire la défense des individus opprimés par la société et des minorités : prisonniers, malades, femmes, immigrés, homosexuels. Vous avez déjà réfléchi à ce bizarre tête-à-queue, mon lecteur ?

Ces droits sont évidemment fondamentaux et c'est la grandeur de 1789 de les avoir proclamés. Mais Marcel Gauchet a raison de dire que la défense des libertés individuelles ne suffit pas pour faire une politique, une cité, car le résultat, c'est l'individualisme, la déliaison sociale. L'intelligentsia est donc passée d'un extrême à l'autre, du totalitarisme à l'individualisme...

Je trouve à vrai dire ce jeu de ping-pong bien bê-bête ! Dans un article du 29 août dernier dans Le Monde, Antoine Reverchon commençait à rappeler l'article 21 de la Constitution de 1793, celle de Robespierre, qui ne fut jamais appliquée : "La société doit subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler." Voilà d'autres droits de l'homme, fondés sur la solidarité, qui complètent bien ceux de 89 fondés sur la liberté.

C'est en Amérique, rappelle Reverchon que les droits positifs ont été appliqués sérieusement pour la première fois par Roosevelt avec son New deal au moment de la crise de 29, puis par de Gaulle et le Conseil national de la Résistance en 1945 : aide aux chômeurs, agriculteurs, retraités, handicapés, femmes seules, etc. La Sécurité Sociale.

En août 41, Churchill, grand chef de guerre mais vieux réac, se résigna à signer la Charte de l'Atlantique après sa rencontre avec Roosevelt au large de Terre-Neuve, laquelle Charte servit de socle à la Déclaration universelle des droits de l'homme (article 22) adoptée par l'ONU en 1848. C'est une grande politique, cela, non ?


Photo : Franklin Delano Roosevelt sur le USS Augusta le 12 août 1941.

Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now