• Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon

On a souvent besoin d'un plus petit que soi (la Chine et nous)

February 10, 2020

 

 

Hier, j'ai mis à fond la radio de la voiture pour accompagner mes travaux de maçonnerie (sans oublier la cédille comme le maçon de Simiane-la-Rotonde qui a cru bon d'ajouter GÉNÉRALE).

J'ai donc pu recevoir deux informations à propos de la Chine. La première m'a fait aimer ce pays car nous lui devons les agrumes,  les merveilleux agrumes : oranges, citrons, pamplemousses, mandarines, clémentines, cédrats, etc., rapportés chez nous par Marco Polo

Ce qui est moins agréable, c'est que nous sommes aussi envahis de frelons qui dévorent nos pauvres petites abeilles, de papillons qui font crever nos buis et de limaces qui attaquent voracement  nos gentils escargots et nos précieux petits vers de terre. faut-il préciser que ces bestioles n'ont pas les yeux bridés ?

Par contre, je ne sais s'il faut se réjouir ou s'affliger de l'action d'un nouveau coupable appelé le pangolin. Antonia le connaît bien ; moi j'en entends parler pour la première fois de ma vie. Figurez-vous que ce petit rongeur couvert d'écailles, réputé pour ses vertus médicinales, est soupçonné d'être à l'origine de l'épidémie de coronavirus.

Je ne me réjouis certes pas du malheur de mes semblables, les pauvres victimes de l'épidémie. Mais j'avoue que l'idée que le commerce mondial pourrait être bloqué pour quelques années par ce rongeur qui tiendrait dans le creux de ma main ne me déplaît pas.  Petite cause, grands effets !

Les avions resteraient cloués au sol. Sur les quais, on verrait la rouille attaquer les monstrueux porte-containers habitués à cracher leur sale kérosène dans le ciel qui n'appartient qu'à Dieu pour inonder la planète de produits indifféremment utiles, inutiles ou nuisibles. On pourrait dire avec Baudelaire :

 

            Vois sur ces canaux
            Dormir ces vaisseaux
            Dont l’humeur est vagabonde ;
            C’est pour assouvir
            Ton moindre désir
            Qu’ils viennent du bout du monde.

 

Ah le désir humain, le fameux désir humain ! Baudelaire pensait aux caprices de sa bien aimée. Le problème est que nous serons bientôt 10 milliards de sujets désirants... Et si c'était un minuscule rongeur menacé d'extinction  qui venait sauver de la planète ? Voyez comme il a l'air affectueux.  Il y a du La Fontaine là-dedans.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Mes autres billets

Que dit l'église de Cadenet ?

25 Feb 2020

1/10
Please reload

Tag Cloud
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now