J'aime le souvenir de ces époques nues

Belle journée hier aux Saintes-Maries-de-la-mer : les chevaux, les taureaux, les gitans, l'église de Sainte Sarah... C'est sur les plages que les choses commencent à se gâter. Bien sûr, les petits enfants se sont amusés comme des fous. Moi, j'ai nagé, puis je me suis mis à observer mes contemporains, des Français de classe moyenne en vacances, et j'ai pensé à Baudelaire :


J'aime le souvenir de ces époques nues, Dont Phoebus se plaisait à dorer les statues. Alors l'homme et la femme en leur agilité Jouissaient sans mensonge et sans anxiété, Et le ciel amoureux leur caressait l'échine.


La plupart des corps qui s'offraient à ma vue, hélas, étaient déformés par une alimentation malsaine. Les hommes, quand ils avançaient, étaient précédés, comme s'ils étaient enceints, par leur ventre. Les accumulations de graisse gâchaient les hanches de la plupart des femmes. Certains enfants, même, ondulaient, un pneu autour de la taille. [Les photos ont été censurées] Tous avaient des bouteilles de sodas et des aliments industriels à la main ou dans un sac. La plage est ratissée chaque matin à la machine, mais je me suis occupé à ramasser les débris cachés dans quelques mètres carrés de rochers, mégots, tiges de sucette, capsules de bouteilles, briquets, gobelet, bouteilles, emballages divers, etc. Tous en plastique, lequel finit par s'émietter en fines particules que nous avalerons quand nous mangerons les poissons qui les auront ingérés. Voici ma collection privée :

On parle d'environnement mais l'ennemi est déjà en nous, dans nos corps ! On vante l'économie circulaire mais nous l'avons déjà, sous la forme la plus malsaine, sauf que nos océans, notre ciel et notre organisme servent de filtres aux particules, aux sucres, aux graisses et à tous les autre poisons.

Ces gens sur la plage avaient pourtant l'air content et satisfait. On a raison de critiquer les multinationales et de dire que Macron devrait faire davantage mais pourquoi ne pas appliquer à soi-même le Discours de la servitude volontaire : cessez de servir et vous serez libres !? Or quels écologistes, quels psychanalystes, quels hommes de religion, quels moralistes entendons-nous sur nos places publiques dénoncer le discours publicitaire, déconditionner les êtres humains du travail sournois, obsédant, pervers qu'elle accomplit sans cesse ? Il en va de l'usage que nous faisons de notre argent : chaque geste d'achat est à passer aux rayons X, le panier de la ménagère est à scannériser, nos désirs sont à analyser avec 2 objectifs qui n'en font qu'un, le tour de notre planète et le tour de notre taille !



Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now