Le passé existe-t-il ?


Savez-vous que la résidence secondaire est une invention marseillaise ? Comme quoi, chez nous, il n'y a pas que des joueurs de pétanque, des footballers, des proxénètes et des dealers. Jadis, les pauvres avaient leur cabanon et les riches avaient leur bastide. L'actuelle exposition donnée par les Archives m'a donné l'occasion de rêver à ces dernières et de me rappeler que notre périphérie corrompue par l'anarchie urbanistique et par les bretelles routières enchevêtrées fut jadis des collines à chèvres ou des vallées ombragées. Les centaines de bastides construites au XVII° ou XVIII° siècle étaient entourées d'un petit domaine agricole. La plupart ont été détruites mais on peut voir des croquis ou des photos de leurs façades attendrissantes. Giono en parle dans Noé.

Ce qui m'a le plus troublé cependant, c'est cette gravure du Prado qui doit dater du temps de Balzac si j'en juge par l'allure des personnages. Vous savez, mon lecteur étranger, que le Prado est cette large avenue en équerre qui relie la place Castellane, bâtie par Louis XIV, à la plage. Le sculpteur Jules Cantini l'orna à une extrémité d'une statue de David aux belles fesses, à l'autre d'une fontaine représentant la Durance, le Gardon et le Rhône. Ces statues sont belles mais ne sont que des répliques d'artistes italiens de la Renaissance. La fontaine est bien hideuse vue de loin, mais si vous n'avez pas peur de vous faire estropier par le trafic, vous pourrez approcher pour admirer l'une des plus belle chutes de reins que je connaisse, celle de la Durance, je présume.

J'en arrive à la gravure sur laquelle je vous prie de poser les yeux, mon lecteur, pour que de deux cents ans votre âme rajeunisse, comme dit Gérard de Nerval. Vous pourrez d'abord voir les allées de platanes qui furent plantés en 1839. Je les ai connus géants mais, atteints du chancre coloré, ils sont aujourd'hui remplacés par des micocouliers. On aperçoit la place Castellane au fond mais la fontaine ne date que de 1911, j'ai bûché Wikipédia. C'est l'obélisque qui est maintenant à Mazargues qu'on aperçoit si on écarquille les yeux. La gravure est donc orientée au nord avec une ruine fortifiée à l'emplacement de la future basilique de la Garde. Le second Prado vers la plage est à votre gauche, Michelet dans votre dos et Rabatau à votre droite.

Voilà ! Pendant une minute, vos yeux, mon lecteur, ont reflété une scène de deux siècles que votre mémoire perpétuera encore un peu quand vous y repenserez.

Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now