• Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon

Sur un mot de Charles Perrault

October 24, 2018

Je repense à mon père,  tombé sur son ordinateur, n'ayant jamais cessé de lire et d'écrire à part ses grandes marches dans le Luberon dont il connaissait le moindre sentier. Sur le tard, il lui arrivait cependant de rester dans son fauteuil à tisonner des braises. Son visage ou ses lèvres me semblaient trahir une rumination ou une prière continues. Ses nuits étaient pleines de transpirations, d'insomnies et de rêves. Je devine que les destinées de la France étaient l'objet de ses méditations. Il m'a demandé un jour de lui retrouver une citation de Charles Perrault sur Internet, qu'il ne pratiquait pas. La voici :

 

Il y a dans l’histoire des sortes d’éclipses momentanées où le génie humain semble vouloir s’éteindre […] Car si de longues guerres ravagent un pays, et que les habitants soient contraints de négliger leurs travaux intellectuels pour s’occuper de défendre leur existence ; si ceux qui ont vu le commencement de la lutte sont morts, et qu’il s’élève une seconde génération uniquement façonnée au maniement des armes, il est naturel que la poésie et la science disparaissent dans une assez longue obscurité. Elles sont alors comme les fleuves qui viennent à rencontrer un gouffre où ils s’abîment tout à coup, mais qui, après avoir coulé sous plusieurs provinces, trouvent enfin une issue par où on les voit sortir plus abondants que jamais.

 

Mon père vivait au XIX° siècle un peu comme Albert de Rudolstadt vivait au temps des Hussites (mon dernier billet), je veux dire qu'il était un esprit moderne habité par l'idée de perfectibilité de l'humanité, idée née avec les Lumières, continuée par le socialisme républicain, puis par Péguy et de Gaulle, ses grands saints. D'où la phrase de Perrault.

Voilà le monde que le post-modernisme et le structuralisme récusent. Ce n'est pas par distraction, ni sous l'effet d'une mode absurde que le structuralisme ne veut décrire que des systèmes saisis en coupes synchroniques, c'est parce qu'il conteste radicalement l'idée de progrès en raison d'un négativisme foncier. Le cours des siècles n'est qu'un hoquet sauvage pour Michel Foucault. Il y a 50 ans, au moment où la France achevait sa reconstruction, et en plein milieu des 30 Glorieuses, Derrida proclamait venue l'heure de la déconstruction.

Il me semble que cette critique radicale, qui a pris la place du marxisme dans beaucoup d'esprits est encore dominante aujourd'hui chez les intellectuels. Voyez comme les mots religion, nation ou famille sont devenus imprononçables car soupçonnés de ne véhiculer que de la domination.

Quand sortirons-nous de ce terrible manichéisme ?

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Mes autres billets

L'acide et le miel

14 Nov 2019

1/10
Please reload

Tag Cloud
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now