• Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon

L'homme est-il un animal sympathique ?

October 5, 2018

 

Dimanche matin, à l’heure du brunch, l’été indien se prolongeant, les bobos se pressaient aux terrasses de Shoreditch. On avançait au pas sur le marché aux fleurs et les boutiques de babioles étaient bondées. Les humains ont la passion du commerce, glissai-je à l’oreille de Michèle. Moi, j’étais bien au dessus de tout ça et pressé de prendre la tangente, sauf évidemment si j’étais tombé sur une occasion exceptionnelle…

« Le monde est naturellement de droite », écrit Raffaele Simone considérant que les idéaux de gauche sont contre-nature, sacrificiels, pénitentiels et misérabilistes. Bref, l’homme est-il plus égoïste qu’altruiste, plus antipathique que sympathique, plus girardien que maussien, sachant, en un mot, que René Girard décrit les rivalités égoïstes et Marcel Mauss les rivalités altruistes. J’en discutais l’autre jour au téléphone avec Jean-Pierre Dumas.

Difficile de faire des statistiques, évidemment, mais il devrait suffire de s’examiner soi-même cinq minutes pour y voir à peu près clair. Eh bien cette question reste d’une obscurité insondable et les meilleurs spécialistes ne sont pas d’accord ! Les grands sages non plus. Pendant mille ans, à la suite de saint Augustin, la religion catholique a dit que l’homme était mauvais, rempli d’amor sui, ancien nom de l'égoïsme, et de péché originel. Puis les philosophes des Lumières ont dit le contraire : l’homme est bon par nature, et qu’il suffisait de guillotiner une poignée de méchants pour que tout aille bien. Résultat, la société du XIX° siècle dominée par l’argent a vu se développer l’exploitation et la misère. C’est qu’on n’a pas liquidé tous les profiteurs, ont affirmé Lénine et ses disciples qui ont ouvert de vastes goulags et sacrifié 100 millions de victimes ! Ce fut un échec complet et nous revoilà revenus à la case départ, c’est-à-dire à l’ultra-libéralisme.

Mais on rencontre quand même des braves gens, par exemple sur le marché de Cucuron, capables d’un bon sourire, des personnes pleines de bonté, prêtes à vite éponger les dégâts si vous renversez votre verre de vin rouge sur la nappe dans un geste trop enflammé, à passer cinq minutes à vous expliquer comment rentrer chez vous dans le dédale du métro d’une ville inconnue ou à vous tenir compagnie jusqu’à l’arrivée des pompiers si vous faites une mauvaise chute dans l’escalator du dit métro ? Ces gestes font même le tissu de la vie quotidienne. La question, c’est : Jusqu'à quelle profondeur descendent ces bonnes actions ? Donnons-nous plus d’un centième de notre fortune aux malheureux ? Notre bonté, quand bonté il y a, est peut-être toute de surface et d’apparence.

Mais la mère qui allaite son bébé ? Mais l’épouse qui dit à son mari le matin : Tu as pris tes comprimés ? Tu n’as pas oublié ton cache-nez ? Mais le bon fils qui prend son vieux papa par le bras pour passer une mauvaise marche ? Mais l’ami qui signale à son ami l’installation d’un nouveau radar particulièrement pervers à la sortie de l’autoroute ? Ce sont bien des gestes altruistes, non ? Oui, mais ces actes de bienveillance sont tournés vers mon bébé, mon mari, mon vieux papa, mon ami…

Sans doute faut-il repartir de la constitution de l’humanité en individus séparés, dotés chacun d’une espérance de vie limitée, légitimement soucieux de leur sécurité alimentaire, calorique, à la recherche de la meilleure place au soleil, dans le bus et au cinéma, du canapé le plus confortable et du moyen de transport le plus performant. Rousseau l’a dit, la sécurité et les plaisirs sont naturels, donc bons. Il a ajouté qu’il existe aussi un sentiment universel de nature altruiste, la pitié. Cela me paraît vrai mais de quel sacrifice sommes-nous capables pour soulager un malheureux ?

En ce point, je fais plutôt pencher la balance du côté de Jean-Pierre qui pense avec René Girard qu’au début, il y a non seulement l'égoïsme, mais encore la violence.

À suivre…

 

Photo : La guerre en Syrie vue par Laurence Geai.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Mes autres billets

L'acide et le miel

14 Nov 2019

1/10
Please reload

Tag Cloud
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now