Les Européens sont-ils coupables ?


Les Européens ont pratiqué l'esclavage et le colonialisme à grande échelle, c'est entendu et ils ont eu tort, mais ce n'est pas si grave. Car voici que s'ajoute une deuxième faute malheureusement beaucoup plus inquiétante : ils ont inventé les insecticides, la matière plastique, la bombe atomique, la déforestation, la diffusion du CO2 dans l'atmosphère, etc. Les effets pervers de ces inventions menacent d'en annuler les avantages immédiats et de ravager notre pauvre planète. C'est à peu près ce que disait Patrick Chamoiseau à la radio lundi dernier pendant que je repeignais les volets de la maison, et j'avoue que cette idée m'était déjà venue à l'esprit. Quel choc ! Car alors, il faut complètement chambouler nos schémas : non seulement la civilisation occidentale n'est pas supérieure aux autres, non seulement, les civilisations ne sont pas égales les unes aux autres, mais, je vais le dire, la civilisation occidentale en est train de mener l'humanité à sa perte... Pardon, cher lecteur insouciant, je dois me lever du mauvais pied le lundi.

C'est en Grèce au V° siècle qu'a été initiée la ligne de développement qui aboutit à la mondialisation dans les conditions actuelles. C'est là qu'est apparu l'esprit scientifique dégagé de la pensée mythique et magique, Jean-Pierre Vernant l'a bien montré. Pourquoi la Grèce ? On ne parle plus de miracle grec mais qui peut dire à la suite de quel concours de circonstances favorables la Grèce a été le peuple élu ? Peu importe, finalement : ce qui est arrivé devait arriver quelque part dans le monde. Ce qu'ont fait Euclide, Thalès, Archimède, Ératosthène, Ptolémée, etc., un peuple l'aurait fait un beau jour quelque part dans le monde, les Indiens, les Arabes ou les Polonais. Un beau jour ou un jour noir ? Les Grecs n'ont été que les cerveaux et les bras de l'humanité, comme les Européens au XVI° siècle qui ont repris le flambeau. La preuve en est que les Occidentaux sont en train de perdre la suprématie et que les Chinois et d'autres sont en train de les dépasser.

Mais cela ne nous console pas, car nous savons désormais que nous sommes condamnés à vivre dans le monde où nous vivons, pour reprendre le mot de François Furet. L'histoire ne rebroussera pas son chemin.

Cela dit, le pire n'est jamais certain, c'est l'inattendu qui est certain.





Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now