Mon amie, la rose


Réécouté plusieurs fois avec Antonia la voix magnifique de Françoise Hardy chantant en 1964 la mort d'une rose. Ça commence comme du Ronsard :


Pourtant j'étais très belle

Tu m'admirais hier

Et je serai poussière

Pour toujours demain.


Et ça finit comme du Vigny.

À la fin, Françoise fixe l'auditeur droit dans les yeux pendant quelques secondes, juste battant des cils... Je vous prie, cher lecteur bien docile, de l'écouter et de la regarder sur google.

Mes autres billets
Tag Cloud
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now