Tag Cloud

23 Aug 2019

Grand repas de famille la semaine dernière, tous réunis autour de la table. La lumière des bougies a bientôt relayé celle du soleil. Personnellement, je ne m’occupe pas de la cuisine, mais j’ai préparé et servi l’affogato en dessert : glace à la vanille noyée dans du café + une dose d’amareto. Vous m’en direz des nouvelles ! Et pour faire bon poids, une fois échappés tous les enfants sauf Matilda qui devient grande et aime s’asseoir à côté de moi, j’ai raconté pour la grande joie de tous que c’était la faute des souris si nous étions privés d’internet depuis 8 jours. Ces coquines avaient grignoté le cable qui passe derrière la porte du cellier. Le technicien Free a tout démont...

4 Mar 2019

Le jeudi, à six heures, je mets des chaussures légères et je descends sur la Canebière ou sur le quai des Belges à moins que je ne m'arrête place de l'Opéra. Je m'arrête au Trolleybus, au bar de la Marine, dans les cafés les plus épais de monde, et je commande un pastis. Il y a des avocats, des flics, des truands, des marins, des putes aussi. Ce jeudi, il y en avait justement une nouvelle, Marie-Lou, une Martiniquaise. Son cul vaut le détour, j'vous jure ! Et j'espionne les conversations. Par exemple celle de ce rescapé d'un cargo qui a coulé au large de Malte, avec sa cargaison qu'il n'avait pas : sabotage pour la prime à l'assurance.

Le discours des profs et des intellos me l...

20 Feb 2019

 Vous vous souvenez du titre de Lénine, Le gauchisme, maladie infantile du communisme qu'on relisait beaucoup en Mai 68. Il ne reste rien du gauchisme ni du communisme qui ont été culbutés ensemble dans les poubelles de l'histoire mais il me semble que le titre de Lénine peut encore servir, moyennant quelques modifications.

Rencontrés dimanche sur la Corniche, Paul et Catherine voulaient absolument savoir ce que je pensais de Gilets jaunes. Eux étaient fort indignés. Moi, je ne savais trop que dire mais les idées me sont venues  hier en repassant à la chaux le plafond de la chambre de Sandra. Que faire sur une échelle à moins que l'on ne pense ?

Certes, les Gilets jaunes sont de...

4 Feb 2019

C'est Proust qui dit ça dans Jean Santeuil ou dans La Recherche, je ne sais plus. Bien sûr, ça peut se discuter sans fin mais ça met le doigt sur quelque chose d'important. Proust disait aussi qu'en vieillissant, il se surprenait à des gestes qui étaient ceux que, jadis, il trouvait désuets chez ses parents.

Les sociétés traditionnelles étaient statiques par définition et les jeunes étaient tout fiers d'être initiés aux codes des ancêtres. La querelle des Anciens et des Modernes est un phénomène typiquement occidental. À partir du XVI° siècle, la dernière mode était d'imiter les anciens Grecs et Romains jusqu'à ce que Charles Perrault commence à dire que ça suffisait ! Mais il...

25 Jul 2018

Nadine et Séverine vivent en coloc. Séverine ne comprend pas pourquoi plusieurs fois par semaine, Nadine sort en tenue de combat, jupe à ras l’bonbon et talons hauts. En plus, elle est très nerveuse, consulte son portable tous les ¼ d’heures, choquée que l’homme à qui elle a finalement cédé ne lui ait pas mis un mot depuis 4 jours… Ça fait rigoler Nadine :

Rédige un contrat pour une prochaine fois. Comme quoi le type s’engage à te tenir compagnie le lendemain ou à te rappeler dans la semaine. Tant qu’il signe pas, t’écartes pas. (Virginie Despentes, Baise-moi, Livre de poche, p. 14)

Au vide-grenier de Cucuron, j’ai acheté Le Manuel de morale de Bourdeau et Fabry, édition de 1934...

18 Jul 2018

Vous vous souvenez, cher lecteur, du petit dialogue dont j’ai été témoin dans un avion (mon billet du 6 juillet) entre deux passagers que j’ai surnommés Gladis et Hector. Voici la suite qui m'a paru intéressante aussi.

Hector : L’égalité est le fétiche de la démocratie moderne. On ne trouve plus de défenseurs de l’inégalité, de la hiérarchie, de la domination, même si chacun, bien sûr, recherche toujours pour lui-même la meilleure position.

Gladis : Et alors ? Tout le monde sait cela.

Hector : C’est que j’ai envie d’essayer, une minute, un éloge paradoxal, l’éloge de la dissymétrie. Il n’est pas impossible de défendre l’idée que c’est mieux quand un individu ou une caste occupent...

13 Jun 2018

Ce n'est pas seulement dans la production et l'entreprise que se pose la vieille question du socialisme.

Permettez-moi d'abord, cher lecteur à la mémoire courte, de vous rappeler que le texte fondateur du socialisme n'est pas le Manifeste de Marx (1848) mais le texte de Pierre Leroux dont je parle tout le temps, De l'individualisme et du socialisme (1834) où il est expliqué que la question n'est pas de tout collectiviser comme le voulaient les saint-simoniens avant Marx, mais de bien pondérer les besoins de l'individu et ceux de la société, en d'autres termes, la liberté et l'égalité.
En quoi peut bien consister le socialisme en urbanisme ? C'est des transports en commun confor...

1 Jun 2018

Il me semble que l’analyse la plus pertinente de mai 68 est celle que propose Edgar Morin qui y voit l’aspiration d’une nouvelle classe d’âge,  l’adolescence. Jadis, la majorité des jeunes passait directement de l’enfance à l'âge adulte : travail, mariage, enfants. Une nouvelle classe d’âge s’est formée dans les années 60 avec sa musique, ses rites, sa culture, le rock, le yé-yé, le jean, etc. Les étudiants ont été les porte-parole et les idéologues de cette classe d’âge.

Oui, mais quelle est la cause de ce brusque surgissement de l’adolescence ? Sans doute l’élévation du niveau de vie après guerre, sous les 30 Glorieuses, la nécessité d'études plus longues et le développement...

18 May 2018

Proust dit dans Jean Santeuil que les générations comptent plus que les classes sociales. On pourra en juger par ces deux citations. La première sort de la bouche d'un personnage de Virginie Despentes, encore elle !

Le père d'Aïcha est assis à califourchon sur une caisse, il parle de "la République, la République, la République", on dirait un corbeau sur sa branche... Il est comme ça, lui, à déblatérer des trucs dont tout le monde se fout. La dette, le service public, la corruption... Il a toujours quelque chose à dire sur des problèmes auxquels il ne changera jamais rien. Ça se saurait si ce que veulent les gens modifiait quoi que ce soit à la politique. Elle est un peu géront...

14 May 2018

Jina m'a dit de lire le roman de Virginie Despentes, Vernon Subutex, le roman de sa génération, celle des quarantenaires. J'ai déjà avalé le premier tome. Je reconnais que Virginie (Hum... !) a du talent et un coup d'œil sociologique assez proche de celui de Houellebecq. C'est moins profond mais plus détaillé, davantage de pixels. J'ai cueilli quelques citations. Attention, mon lecteur bien pudique, elles sont hardcore !

Maintenant Vernon baise moins qu'un homme marié. p. 18.

Cette ville regorge de paumées prêtes à se mettre à 4 pattes pour lui prodiguer de longues fellations. p. 19.

C'est le troisième millénaire, tout est permis (comme prendre pour cliente la victime de son dern...

Please reload

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now