Tag Cloud

13 Mar 2019

Les deux grands onanistes de notre littérature sont certainement Rousseau et Houellebecq. Il faut y ajouter Proust s'il faut en croire son biographe, Jean-Yves Tadié :

Seule forme d’acte sexuel jamais prêtée au narrateur de manière précise, on peut se demander si la masturbation n’est pas la seule, aussi, qu’ait connue Proust, tristement enfermé dans sa solitude.

(Proust et le roman, Gallimard, 1971, p. 71)

La Prisonnière, en effet, ne nous éclaire jamais sur la nature des rapports sexuels des deux jeunes gens qui font lit à part. Qu’est-il demandé de plus à Albertine que le substitut du baiser maternel ? Ou de quelle sorte de baiser s'agit-il au juste ? Peut-être ce que suggè...

Please reload

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now