• Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
Tag Cloud

24 Jan 2020

Matzneff, comme Chateaubriand, un autre de ses maîtres, écrivait sub specie aeternitatis. Je me rendais compte cependant que comme chez le vicomte, cela n’allait pas sans une certaine malice. En matière d’immortalité, l’un comme l’autre était surtout occupé à sculpter sa propre statue en vue d’obtenir la deuxième chance réservée aux artistes, la postérité ! Cela me gênait de la part d’un auteur qui allait répétant après Schopenhauer que l’opinion des hommes n’avait absolument aucune importance.

On touche ici à mon avis à la limite de l’économie matznevienne que j’évaluerai partir du critère établi par Marcel Mauss : la proportionnalité des dons reçus et rendus. En 1982, je lui...

22 Jan 2020

J'y reviens encore... Je me suis occupé, dans les temps morts de deux belles journée passées à Nice à préparer un billet que Le Monde publiera ou ne publiera pas. En voici le début. Je vous prie, mon cher lecteur trop prompt à conclure, que ce Pour Matzneff aura une suite, un Contre. Promis.

Ne lisait-on Matzneff que pour de mauvaises raisons ? Faisant écran à une vue de l’ensemble de son œuvre, l’affaire actuelle le fait croire. Reprenant mes vieux papiers, je voudrais dire pourquoi je le lisais à la fin des années 70. Il m’a apporté un véritable rafraîchissement au sortir de mes études de lettres classiques. Alors que le bourdonnement monotone des cours de latin et de grec ré...

19 Jan 2020

En 1897, Freud changea son fusil d'épaule, sous l'influence de Wilhelm Flies, autant que je me souvienne. Jusque là, il disait avec raison que beaucoup de problèmes de ses patientes venaient des agressions sexuelle dont elles avaient été victimes de la part de leur père. C'est en effet ce que nous lisons tous les jours dans le journal : l'inceste, descend de l'adulte mâle vers l'enfant. Mais en 1897, il renversa tout et se mit à dire que c'était le petit garçon, ce pervers polymorphe qui, bien avant sa puberté, désirait sa mère ; et la plupart des psychanalystes finirent par le croire.

Décidément, la sexualité est le point faible de la théorie freudienne, comme le soutenait Al...

17 Jan 2020

Quand je dis l'amitié, je veux dire les meilleurs relations possibles. Je ne dis pas le sacrifice, le dévouement, l'altruisme, ni même l'amour parce que l'amour est un joli mot, mais justement trop beau, à qui on fait dire peut-être plus qu'il ne peut donner vraiment. Le mot amitié est plus modeste et plus réaliste. Il correspond à ce que décrit Marcel Mauss : en échangeant des cadeaux, on arrive à tisser des liens, à s'attacher, à éprouver de la reconnaissance, et l'amitié n'est rien d'autre que cela.

Des cadeaux, ça peut être un regard, une parole, une écoute, une attention, un service, du temps, une caresse. Et puis, bien sûr, tous les objets qu'on voudra. L'important, pour...

15 Jan 2020

Vous avez gardé un vieux Lagarde et Michard à la maison, mon lecteur un peu conservateur ? Vous avez bien fait ! Vous vous souvenez de l'époque où ce couple de vieux garçons (j'imagine ! ) était devenu un sujet de connivence railleuse comme on se moquait de Bouvard et Pécuchet ou du Lot et Garonne. Mais pourquoi au juste ?

Parce que jusque dans les années 75, c'est le marxisme qui donnait la note dans l'Éducation Nationale et, qu'après Soljenitsyne, c'est la déconstruction structuraliste et le mépris de histoire qui a tenu le haut du pavé, Barthes se chargeant de pourfendre l'histoire littéraire  Alors l'idée de présenter la littérature dans l'ordre chronologique passait pour u...

12 Jan 2020

Si je vous dis Proust, ou Montaigne, ou Dostoïevski, vous connaissez ? Bien sûr que vous connaissez ! Je ne vais pas vous faire l'injure d'en douter une seconde, mon lecteur de haute graisse. Mais seriez-vous capable de résumer en 5 phrases le sens profond de leurs œuvres ? Et c'est pareil si vous me dites Romain Gary, Jules Romain ou Françoise Sagan. Je prends immédiatement un air entendu, comme il se doit, et en effet, je sais qui c'est. Maintenant, je vais vous faire un aveu horrible : je n'ai lu aucun des trois. Juste La Promesse de l'aube de Gary et Gros-Câlin. Vous appelez ça connaître ?

J'en conclus qu'on s'entend souvent très peu quand on croit très bien s'entendre. Com...

11 Jan 2020

Lorsqu'en 1425, Filippo Brunelleschi inventa la perspective sur la place du Baptistère de Florence, il s'inscrivait lui-même dans la perspective de l'humanisme qui met l'homme au centre de la création. C'est cet humanisme qui est peut-être en train de s'écrouler au bout de six siècles.

C'est une toute autre perspective que nous découvrons quand toutes les disciplines cloisonnées par l'Académie se mettent à se rejoindre en faisceau du fait de la crise écologique. Regardez plutôt, mon lecteur cur-i-eux (en faisant la diérèse si possible) ! La physique du globe, la biologie, la chimie, la climatologie, rejoignent la politique, la sociologie, l'économie, la diététique, l'agronomie...

6 Jan 2020

En rentrant de la campagne l'autre jour, je mets le poste et j'entends un psychologue qui s'appelle Jean-Pascal Assally expliquer que si les garçons se tuent dix fois plus que les filles en voiture, c'est à cause de la testosterone. Je cherche testosterone sur la bonne encyclopédie wikipedia et j'apprends que cette hormone est produite, surtout dans les testicules, en quantité sept à huit fois plus importante chez les hommes que chez les femmes. Cette hormone commande le fonctionnement sexuel, mais, en plus, elle stimule l'agressivité, les conduites de rivalité et la prise de risque.

Ça alors ! Quel pavé dans la mare des théoriciennes du genre ! Il y aurait donc des facteurs bi...

3 Jan 2020

J'ai  repris mes notes du début des années 80 où, depuis Ajaccio, je  m'étais passionné  pour Gabriel  Matzneff qui, avec René Girard, m'a permis de purger le marxisme qui me servait jusqu'alors de philosophie. Cet anarchiste de droite bourré de contradictions donne tellement à penser ! Il se prévaut de sa névrose pour en faire une œuvre, ne cesse de maudire la vulgarité du monde moderne et de dialoguer avec les auteurs chrétiens et gréco-latins. Avec vous, mon lecteur, je rouvre Le Défi :

J'ai la nostalgie du monde antique. Le Galiléen fut dépourvu de savoir-vivre envers les autres dieux. Les dieux ressuscitent au printemps. Il n'y a qu'une tenue pour le bonheur...

31 Dec 2019

Quel nom, Ernest Pignon-Ernest ! Il peut pas s'appeler Alphonse Bitru comme tout le monde, comme a dit un jour J-M Le Pen de Harlem Désir ? L'expo du Palais des Papes m'a beaucoup frappé avec toutes ces scènes christiques collées sur les murs délabrés des vieilles cités, des pestiférés à Naples en tête. Cela m'a renvoyé au spectacle du choléra dans Le Hussard sur le toit. Pignon ferait un bon illustrateur de Giono.

En fait, je l'ai beaucoup pris pour un pince-sans-rire à obliger les passants à passer comme ça sans intervenir devant des scènes aussi horribles. Les salauds, comme dirait Hyacinthe ! Mais nous-mêmes qui regardons...

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now