Tag Cloud

5 Aug 2020

il existe une dimension oubliée de la lutte des classes, c'est la lutte des scribes, je veux dire des intellos, contre le commun des mortels. Avoir fait des études universitaires expose à un vice impuni, l'orgueil intellectuel. Or ce vice est d'autant plus difficile à percevoir que les scribes sont une caste à part occupée en apparence à dénoncer l'injustice sociale mais qui le fait dans un langage incompréhensible qui écrase les victimes elles-mêmes qu'ils semblent défendre.

L'autre jour, chez le kiné, j'ai photographié une page du Point où Michel Onfray attaquait durement les universités médiévales où les philosophes dissertaient entre eux en un langage incompréhensible. Je r...

2 Aug 2020

J'ai deux histoires sur le sujet. Elles sont authentiques. La première fut racontée lors d'un mariage par Fernand Botti, paix à son âme !

C'est l'histoire d'une prof d'anglais visitée par l'Inspecteur, en présence du Proviseur selon la coutume. On installe ces Messieurs au fond de la classe, l'inspecteur à côté de Toto. Tout intimidée, en mini-jupe, la prof monte sur l'estrade (c'était avant mai 68) et, se hissant sur la pointe des pieds, inscrit tout en haut du tableau God save the Queen. L'inspecteur ne peut s'empêcher de s'exclamer entre ses dents Ô le beau cul ! À l'intention du Proviseur, peut-être. Silence de mort quand les élèves sont priés de traduire. Personne ne sait....

31 Jul 2020

C'est le révolutionnaire anarchiste russe Alexandre Herzen, ami de Dostoïevski, qui écrivait cela en 1846 : le romantisme est une scrofule de l'esprit. Il pensait, bien sûr, aux poètes français, genre Lamartine. Scrofule est un mot bien expressif, aussi démodé qu'écrouelles, qui veut dire infection de la peau ou des muqueuses, ou inflammation des ganglions.

Le romantisme a beau être démodé, il a encore la faveur de bien des jeunes filles, mais pas que. Par exemple vous, mon lecteur, sans réfléchir, vous diriez que vous êtes romantique ? Pour un Chinois, la France, c'est romantique, repas aux chandelles en robe longue sur la terrasse du château ou au bord du lac. Et clair de lun...

27 Jul 2020

Charmante soirée sur la terrasse de nos amis Bruno et Nanou, dont la villa me rappelle, Castel Abadie à Château-Gombert, où j'ai passé ma petite enfance, avec le spectacle de la rade de Marseille en plus. Bruno m'a présenté à ses hôtes comme un grand pourfendeur de la psychanalyse. Bien sûr, je me suis récrié, me réservant de parler en peu plus tard de Paul Diel.

Mauvaise politique ! Il est difficile d'attirer l'intérêt sur un nom que personne ne connaît. C'est en regardant un pigeon marcher sur une balustre le lendemain que j'ai trouvé ce que je dirai la prochaine fois en pareil cas. Je dirai que Freud a bénéficié depuis un siècle d'une promotion extraordinaire, exactement com...

22 Jul 2020

Cette fois, c'est l'i-phone de Michèle qui avait un souci : la façade était toute faïencée après une chute ! Présentation, diagnostic,  réparation, récupération.  Deux heures au total dans un des plus beaux lieux de France, le plus clean grâce aux normes anti-virus, le plus serviable grâce à une armée de personnel dévoué, le plus lumineux grâce à notre mistral, le plus souriant grâce à des normes commerciales en progrès constant, le plus design grâce aux architectes d'Apple, le plus magique grâce aux fantastiques appareils numériques muni desquels on rentre chez soi. 

Le plus multiracial aussi. Dans ce centre commercial géant, les filles, en particulier, de diverses coule...

20 Jul 2020

De Callelongue à l'Estaque, les nuits marseillaises sont plus chaudes que jamais. Cafés et restau sont bondés. Des voitures partout garées en travers. La sono à bloc. Le Covid de la fête.

Peut-on aller à l'hôtel dans sa propre ville ? Bien sûr ! J'ai donc offert à Michèle une nuit à l'hôtel Peron avant sa fermeture définitive. Pour 100 balles, on a dormi, fenêtre grande ouverte sur la mer, dans une chambre à la fois si kitch, si marseillaise et si égyptienne. Le fracas des voitures n'a cessé qu'à l'aube, moins le galop des petits chevaux résonnant sur le pavé de la corniche d'Alexandrie.

Une nuit magique toute illuminée. C'est un de mes fantasmes que l'image d'une femme le mat...

17 Jul 2020

L'i-pad de Michèle ayant rendu l'âme, je me suis rendu à la Joliette, à l’Apple Store pour lui en acheter un autre. Rendez-vous dans ¾ d’heures, me dit-on à l'accueil : parfait, le temps de prendre un café à la terrasse du Dalloyau en lisant quelques pages du Pierre Leroux et les socialistes européens.  2 euros 50, le café, quand même... À la table voisine, trois dealers prenaient leur petit déjeuner sur le coup de 11 heures : plateau de viennoiseries, tartes à la chantilly avec cerises confites et jus d’oranges naturel.

En fond d’écran, les sublimes collines de l’Estaque d’un gris bleuté et la mer écaille de poisson. En face de moi, une petite famille beur, papa, maman, l...

15 Jul 2020

Beaucoup d'émotion hier pendant la Revue militaire de notre grande fête nationale largement consacrée aux combattants du COVID. Visages graves et yeux rougis. Perfection des visages rasés de frais, des uniformes impeccables, de l'exacte chorégraphie, du silence des attentes, de la musique, martiale ou mélancolique.

Je ne sais pas vous, mon lecteur, mais, personnellement, les défilés militaires me font beaucoup d'effet dans la poitrine. C'est presque la seule occasion de voir en vrai les petits soldats aussi cachés que muets les autres jours. L'uniforme propre à chaque corps, la marche au pas, la gestuelle codifiée, la discipline, c'est, plus encore que dans les ordres monastiqu...

13 Jul 2020

Hier, dans le jardin de Sabine, Sandra et Agathe ont pris la défense des animaux cruellement mis à mort dans les abattoirs. Aimant développer des paradoxes, j'ai soutenu que là n'était pas le plus grave, que de toutes façons, ces animaux n'auraient même pas vécu si les hommes ne les avaient pas fait naître en vue de les manger, qu'aujourd'hui, l'extermination des insectes était une affaire beaucoup plus sérieuse et que, chaque jour, le journal apportait de mauvaises nouvelles sur le glyphosate et l'artificialisation des terres.

Vous n'avez pas débroussaillé le champ d'oliviers, cette année, m'a demandé François l'autre jour ? Non, je n'ai pas eu cette cruauté, sachant que des m...

12 Jul 2020

Le Coran n’est guère tourné vers la vie intérieure puisque l’important, ce sont les devoirs envers Dieu et les rituels qui en découlent. En résumé, l'Évangile, c'est  l'Amour et le Coran, c'est la Loi. J'ajouterai que l'Amour étant infini et la Loi finie, faire le choix chrétien sérieusement, c'est emprunter un chemin beaucoup plus ardu. J'avais un peu développé ça dans mon petit livre dialogué sur Houellebecq, La République insoumise à partir de deux exemples.

Après le Coran, j'avais fouillé dans les Hadiths, vous savez, ces paroles du prophète, qui inspirent beaucoup les musulmans et j'en avais extrait l’histoire de l’homme qui demande à Mahomet s’il doit faire plus que les c...

Please reload

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now